Venue d’une bédéiste

Venue d’une bédéiste

Rencontre avec les 3ème- vendredi 17 mai 2019

Belle rencontre avec l’auteure Keum Suk Gendry Kim, qui a su nous toucher avec les dessins de son roman graphique intitulé « Les Mauvaises herbes » dont le thème insolite est « les femmes de réconfort sous l’occupation japonaise ».

« Les mauvaises herbes »

Il s’agit d’un ouvrage bouleversant, richement documenté, le témoignage d’une femme par une femme, qui retrace non seulement le parcours d’une vie, mais, à travers lui, tout un pan de l’histoire moderne de la Corée du Sud.

« 1943, en pleine guerre du Pacifique, la Corée se trouve sous occupation japonaise. Oksun, 16 ans, est vendue par ses parents adoptifs comme esclave sexuelle à l’armée japonaise basée en Chine. Après avoir vécu 60 ans loin de son pays, Oksun revient sur sa terre natale. L’histoire d’une  » femme de réconfort  » qui en dit long sur l’histoire avec un grand H. » Avec Les Mauvaises Herbes c’est toute la vie de la jeune femme que nous allons découvrir : comment ses parents ont cru la remettre à une famille aimante qui lui permettrait de faire des études, et qui l’a finalement employée comme bonne à tout faire, comment elle a été kidnappée et emmenée en Chine pour devenir prostituée pour des soldats japonais brutaux… Et comment, face aux difficultés, elle n’a jamais perdu espoir.

 

Keum Suk Gendry Kim

Keum Suk Gendry-Kim est née en Corée du sud. Après des études d’arts à Séoul et à Strasbourg, elle arrive tardivement dans la BD avec son récit autobiographique “Le chant de mon père” (Ed. Sarbacane 2012). Elle est également l’auteure de “Jiseul”  bande dessinée adaptée du film coréen portant le même nom (Ed. Sarbacane 2015), Elle a consacré trois ans à “Mauvaises herbes”, un projet  de bande dessinée sur les esclaves sexuelles coréennes durant la guerre du Pacifique. Sortie en Corée ainsi qu’en France (Editions Delcourt 2018).