Nouveau Campus LFS : note d’information

Nouveau Campus LFS : note d’information

La fin de l’année 2013 et le début de l’année 2014 ont été marqués par deux missions importantes pour le projet de Nouveau Campus du LFS : la visite de M. Pierre Favret, Directeur de l’Immobilier de l’AEFE, mi — décembre, suivie en janvier par la mission d’une programmiste.Retour sur ces deux événements.

Visite du Directeur de l’Immobilier de l’AEFE, M. Pierre Favret
A l’invitation de M. Daniel Ollivier, Conseiller de Coopération et d’Action Culturelle (COCAC) à l’Ambassade de France, M. Favret s’est joint à la mission prévue depuis quelques temps déjà, de M.Ténèze, coordinateur AEFE pour l’Asie-Pacifique et Mme Goudet Trotet, inspectrice de l’Education Nationale détachée par l’AEFE en Asie.
Le Conseil de gestion remercie M. Favret pour cette visite très riche et fructueuse pour le projet de Nouveau Campus du LFS ; visite qui fut l’occasion pour lui de faire le point sur le projet, 21 mois après sa précédente visite qui datait de mars 2012.
M. Favret a bien sûr rencontré l’ensemble des acteurs du projet de délocalisation : l’Ambassadeur, le COCAC et le Directeur Administratif et Financier de l’Ambassade de France en Corée, des membres du Bureau APE, la Direction pédagogique et administrative du LFS : MM. Bichel et Vallet, Mme Quinodon.
Il a également rencontré la société DPJ & Partners pour faire un point sur l’étude de faisabilité en cours concernant le terrain de Naegok-dong ainsi que deux représentants du Collectif nouveau LFS, M. Caron et Mme Ryou (également membre du Bureau APE). Il s’est enfin rendu sur le site de Naegok-dong qui a beaucoup changé depuis sa dernière visite avec notamment la construction (en cours ou déjà achevée) de logements à proximité du terrain visé.
M. Favret a rappelé le rôle de la Direction de l’Immobilier de l’AEFE pour ce type de projet : aide technique sur la programmation, l’organisation du concours d’architectes, la passation des marchés, etc. ; ainsi qu’une aide financière, soit directe soit sous forme d’équipements pour le Nouveau Campus, soit encore comme appui pour obtenir un prêt garanti par l’Etat de la part de l’ANEFE (Association Nationale des Ecoles Françaises de l’Etranger).
Lors du premier rendez-vous, l’Ambassadeur, M. Pasquier, et M. Favret ont rappelé le diagnostic clair concernant le projet de délocalisation du LFS : la nécessité de disposer de surfaces, d’équipements pédagogiques et sportifs supplémentaires, l’impossibilité de réaliser cette extension sur le site de Seorae Maeul et donc la nécessité de délocaliser l’ensemble du LFS sur un nouveau site. Ils ont tenu à souligner la qualité du site de Naegok-dong : ce terrain est certes plus excentré que celui de Seorae Maeul mais il est très bien desservi en termes de moyens de transport : métro, autoroute, bus, auxquels viendront s’ajouter les transports scolaires que le Conseil de gestion mettra en place à l’ouverture du Nouveau Campus. C’est surtout le seul terrain répondant aux besoins du LFS disponible aujourd’hui. A ce titre, M. Favret a souligné la chance pour le LFS que le vendeur du terrain de Naegok-dong soit un acteur public (Seoul Housing, régie immobilière de la ville de Seoul), estimant que si le vendeur avait été privé, le terrain aurait probablement déjà été vendu et construit, dans le contexte actuel de rareté des terrains constructibles et de la taille recherchée, disponibles à l’achat.
La visite du site de Naegok-dong a également rassuré M. Favret sur un autre aspect important du projet de délocalisation : les logements. En premier lieu, il existe une parcelle à proximité immédiate de la parcelle visée pour le Nouveau Campus, appartenant également à Seoul Housing, qui attend la confirmation de l’acquéreur pour adapter les logements aux besoins. Par ailleurs, différents types de logements existent à des distances très raisonnables du site de Naegok-dong. Des informations plus détaillées seront fournies aux parents lors de la réunion d’information du 5 février prochain et seront disponibles sur le site internet du LFS.
M. Favret a rappelé que cette nécessité de délocaliser le Lycée Français était une situation assez classique au sein du réseau AEFE d’Asie-Pacifique mais il a souligné la grande spécificité du projet du LFS, à savoir des prix du foncier extrêmement élevés. Il espère, comme le Bureau APE et la direction du LFS, que le prix de vente du terrain de Seorae Maeul permettra d’acquérir la totalité de la parcelle visée.
Pour ce qui concerne justement la mise en vente du terrain de Seorae Maeul, les agences susceptibles d’effectuer cette vente ont été identifiées avec la direction administrative et financière de l’Ambassade, lors de la visite de M. Favret ; la mise en vente effective étant réalisée mi-janvier 2014. Trois agences immobilières, Nexus, GNR et Propertee ainsi que la société Mirae & Saehan, qui a réalisé des estimations de la valeur de ce terrain de Seorae Maeul en janvier 2012 et avril 2013, ont reçu un mandat de la part de l’Ambassade de France pour effectuer la vente.
Enfin, lors de sa rencontre avec les représentants du Collectif, M. Favret a notamment souligné que l’idée avancée par le Collectif d’acheter une école coréenne désaffectée (du fait de la faible croissance démographique en Corée) était une « fausse bonne idée » (outre la date incertaine de disponibilité de tels bâtiments) : les établissements ainsi désaffectés seront les bâtiments les plus anciens (les élèves étant regroupés dans les bâtiments les plus récents), donc peu aptes à accueillir le Nouveau Campus du LFS.
Côté construction du Nouveau Campus, M. Favret et le Bureau APE ont validé ensemble les étapes suivantes du projet :

  • l’approfondissement de la question des transports scolaires, nécessaire pour finaliser l’étude de faisabilité (nombre et taille des bus, espaces de stationnement nécessaires sur le site, etc.),
  • la validation du préprogramme du futur établissement.

Le préprogramme consiste en particulier à évaluer les surfaces à construire et les coûts des travaux. Une première évaluation avait été effectuée en 2011, une seconde a été initiée mi — 2013 dans le cadre de l’étude de faisabilité.
Cette évaluation des surfaces nécessaires du futur établissement est également indispensable pour finaliser l’étude de faisabilité. Elle est surtout déterminante pour estimer le coût de la construction. Pour rappel, celui-ci a été évalué à 13,8 milliards de wons en 2011 ; le financement de ces travaux devant s’effectuer par utilisation des réserves constituées pour le projet pour environ la moitié du total et par emprunt bancaire pour l’autre moitié.
Afin de pouvoir finaliser rapidement cette évaluation des surfaces à construire et en conséquence de confirmer (ou au contraire revoir) le coût de construction associé, le Conseil de gestion a souhaité bénéficier de l’appui technique d’un spécialiste de ces questions, un programmiste, sélectionné par la direction immobilière de l’AEFE (donc expérimenté dans les projets de construction de lycées français à l’étranger).
M. Favret a identifié cette personne à son retour en France et une mission de « préprogrammation » du futur établissement a été organisée dès mi-janvier 2014.

Etude de programmation par Mme Antonin, programmiste de Setec Organisation
Architecte DPLG de formation, la programmiste proposée par M. Favret, Mme Antonin, possède plus de 20 ans d’expérience en programmation et assistance à maîtrise d’ouvrage (AMO). Elleréalise actuellement, depuis 2012, une mission de programmation et d’AMO en vue de l’extension-restructuration du Lycée Français de Lomé au Togo. Après le préprogramme, l’étude de faisabilité et le programme, l’opération est actuellement au stade du concours d’architecture qui sera rendu fin janvier 2014.
Sa mission pour le LFS consiste donc à « finaliser le préprogramme, qui traduit l’expression des besoins (quantitatifs et qualitatifs) et évalue le coût de l’opération. Sa validation est essentielle pour éviter les retours en arrière. »
Mme Antonin sera très probablement consultée à nouveau par le Conseil de Gestion, pour les phases ultérieures du projet de délocalisation du LFS : rédaction du programme, organisation du concours d’architecture, etc. ; et ce d’autant plus que sa mission s’est très bien déroulée et ses compétences et son expérience ont été très appréciées par l’ensemble des personnes consultées et rencontrées.
La mission de Mme Antonin est en cours et Mme Antonin devrait nous faire parvenir une première version du préprogramme au début du mois de février. Elle a passé 3 jours à Séoul (15 au 18 janvier), rencontrant le Bureau APE, la direction pédagogique, l’ensemble du personnel, enseignant et administratif, des élèves du LFS. Elle a pu visiter également le site de Naegok-dong.
Nous vous tiendrons informés des résultats de ce préprogramme comme des phases suivantes du projet.

Nous vous rappelons que nous sommes toujours à votre écoute et que vous pouvez nous poser toutes les questions que vous souhaitez à l’adresse ape@lfseoul.org. N’hésitez pas à nous poser notamment toutes les questions que vous souhaiteriez voir aborder lors de la réunion du 5 février prochain.