L’accueil des autres élèves


drapeaux - international

Le Lycée Français de Séoul (LFS) contribue au rayonnement de la langue et de la culture françaises en accueillant parmi ses élèves des jeunes de tous les horizons. À la rentrée de septembre 2016, les effectifs du LFS comptent 18% de nationalités tierces (ni française, ni coréenne). Parmi les nationalités tierces: 1 élève sur 4 est américain; 1 élève sur 2 vient de l’un des 3 pays les plus représentés (États-Unis, Belgique, Côte d’Ivoire); 2 élèves sur 3 viennent d’un pays membre de l’Organisation Internationale de la Francophonie (OIF). Les pays de l’OIF et les États-Unis représentent 90% des élèves de nationalités tierces.

L’agrandissement du LFS permettra d’accueillir davantage d’élèves issus de la population étrangère qui connaît actuellement une forte croissance en Corée. Car, si la majorité des élèves étrangers sont scolarisés dans le système éducatif coréen, le LFS offre aux élèves francophones la possibilité d’intégrer le système éducatif français.

I. Le nombre de personnes d’origine étrangère en Corée a doublé entre 2008 et 2016

A. La population étrangère représente 3,0% de la population en Corée

• 1 500 000 ressortissants étrangers. Selon le Ministère de la Justice, au 1er décembre 2016, la population coréenne compte 1,5 million de résidents de nationalité étrangère, soit 3,0% de la population contre 1,6% en 2008 (en France, 6,4 % de la population sont des ressortissants étrangers au 1er janvier 2014). 54% des ressortissants étrangers en Corée viennent de Chine (820 000 personnes dont 75% d’origine coréenne ou issus de la population coréenne de Chine) et 90% sont des ressortissants d’un pays asiatique. Les pays américains représentent 6% de la population étrangère (94 000 personnes dont 66% d’origine coréenne). Les pays européens représentent 3% de la population étrangère (42 000 personnes dont 37% d’origine coréenne). Les pays africains représentent 1% de la population étrangère (13 000 personnes). Au total, le nombre de ressortissants étrangers non asiatiques (ni d’origine coréenne, ni ressortissants d’un pays asiatique) s’élève à 75 000 personnes, soit 5% de la population étrangère ou 0,14% de la population totale en Corée.

• 700 000 ressortissants étrangers supplémentaires depuis 2008. Entre le 1er janvier 2008 et le 1er décembre 2016, le nombre d’étrangers résidant en Corée est passé de 0,8 million à 1,5 million de personnes, soit une augmentation de +90% ou une croissance moyenne de +7,5% par an. L’augmentation de +700 000 étrangers depuis 2008 s’explique pour moitié par la croissance du nombre d’étrangers d’origine coréenne et pour moitié par la croissance du nombre d’autres ressortissants asiatiques. Le nombre de ressortissants du continent américain a augmenté de 29 000 personnes (+44%) mais a diminué de 2 800 personnes (-8%) si on exclut l’impact des personnes d’origine coréenne. Le nombre de ressortissants européens a augmenté de 28 000 personnes (+170%) et de 13 000 personnes (+91%) si on exclut l’impact des personnes d’origine coréenne. Le nombre de ressortissants africains a augmenté de 9 500 personnes depuis 2008 (+280%), soit une croissance moyenne de +16% par an. Depuis 2014, il augmente même à un rythme annuel supérieur à 20%: +23% en 2014, +21% en 2015 et +20% en 2016 (du 1er janvier au 1er décembre 2016).

Ressortissants étrangers Corée du Sud 2017

B. La population issue de l’immigration représente 3,7% de la population en Corée

• 180 000 ressortissants étrangers devenus Coréens. Au 1er décembre 2016, 180 000 personnes d’origine étrangère sont coréennes par acquisition de nationalité (naturalisations et déclarations, hors réintégrations), soit 0,34% de la population, contre 66 000 personnes ou 0,13% de la population en 2008 (en France, au 1er janvier 2014, 3,5% de la population sont des personnes immigrées ayant acquis la nationalité française). Parmi les 180 000 personnes d’origine étrangère, 76% sont originaires de Chine, 13% du Vietnam et 4% des Philippines. Cette augmentation vient essentiellement de la croissance du nombre de naturalisations par mariage, lesquelles représentent 64% des personnes naturalisées résidant en Corée: elles concernent 110 000 personnes au 1er décembre 2016 contre 23 000 en 2008. Toutefois, le nombre de nouvelles naturalisations acceptées chaque année, après avoir atteint un pic de 25 000 en 2010, fluctue désormais autour de 10 000 par an depuis 2013, et a atteint 8 850 naturalisations sur les 11 premiers mois de 2016 (en France, 110 000 personnes ont acquis la nationalité française au cours de l’année 2015). Les naturalisations accordées en 2015 concernent essentiellement des Chinois (60%), des Vietnamiens (25%) et des Cambodgiens (4%). Le nombre de Français ayant acquis la nationalité coréenne est très faible, mais pas inexistant: selon le Ministère coréen de la Justice, il y a eu 4 réintégrations et 1 naturalisation en 2014, 7 réintégrations en 2015, 7 réintégrations et 1 naturalisation en 2016.

• 2 millions de personnes issues de l’immigration en 2017. Depuis la réforme de la loi relative aux familles multiculturelles engagée en 2011, les familles multiculturelles sont définies comme toutes les familles composées d’un membre au moins ayant acquis la nationalité coréenne par naturalisation ou d’un ressortissant étranger marié à un national coréen. Phénomène récent, le nombre de familles multiculturelles a augmenté de +90% depuis 2008 pour atteindre 330 000 familles au 1er décembre 2016. Toutefois, si ce nombre a fortement augmenté dans les années 2000, l’augmentation du nombre de ces familles a tendance à ralentir depuis le début des années 2010 (+3,7% en 2015 et +2,8% sur les 11 premiers mois de 2016). En particulier, le nombre de mariages avec une personne étrangère est passé de 42 000 en 2005 à 21 000 en 2015. Au total, le nombre de personnes étrangères ou issues de l’immigration s’élève à 1,9 million de personnes au 1er décembre 2016, soit 3,7% de la population coréenne, en additionnant les 1,5 million de ressortissants étrangers, les 180 000 personnes naturalisées et les 220 000 enfants issus d’une famille multiculturelle au sens de la loi relative aux familles multiculturelles de 2008. Ce nombre a augmenté de +110% depuis 2008, soit une croissance moyenne annuelle de +8,5%.

immigration LFS nouveau campus enfants

II. Si la majorité des élèves étrangers sont scolarisés dans le système éducatif coréen, le LFS permet aux élèves francophones d’intégrer le système éducatif français

A. Les élèves étrangers sont davantage scolarisés dans les écoles coréennes que dans les écoles étrangères

• 100 000 élèves ayant des origines étrangères dans les écoles coréennes. Avec la croissance du nombre de ressortissants étrangers et celle du nombre de familles multiculturelles, le nombre d’enfants dont l’un des parents est d’origine étrangère dans les écoles coréennes enregistre une très forte croissance: 100 000 élèves au 1er janvier 2016 selon le Ministère de l’Éducation. Parmi ces 100 000 élèves, 34% ont un parent d’origine chinoise (population coréenne de Chine incluse), 24% un parent d’origine vietnamienne, et 13% un parent d’origine japonaise. 93 000 sont issus d’un couple formé d’un parent coréen et d’un parent d’origine étrangère (naturalisé ou non) et 7 000 sont issus de deux parents étrangers. Cette forte croissance vient à la fois de la croissance de cette population et de l’accroissement du taux de scolarisation au sein de cette population. En effet, les pouvoirs publics se sont mobilisés pour permettre à ces élèves de surmonter les difficultés rencontrées au cours de leur scolarité dans les écoles coréennes. En particulier, la réforme des écoles alternatives de 2009 comporte une série de mesures visant à promouvoir la création d’écoles alternatives publiques par les collectivités locales et la reconnaissance des niveaux scolaires pour prendre en charge spécifiquement ces élèves et leur permettre d’intégrer le système éducatif coréen.

• 10 000 élèves d’origine étrangère dans les écoles étrangères ou internationales. Le système coréen des écoles étrangères ou internationales comprend 3 types d’établissements: les 44 écoles étrangères régies par le décret présidentiel relatif aux écoles étrangères de 2009, les 3 écoles internationales à statut particulier régies par la loi relative à l’autonomie de la province de Jeju de 2009, et les 2 institutions étrangères d’enseignement régies par la loi relative à l’éducation dans les zones franches de 2007. Selon le Ministère coréen de l’éducation, au 1er janvier 2016, l’ensemble de ces établissements scolarisent 16 000 élèves. Les 44 écoles étrangères de Corée comptent 12 500 élèves dont près de 80% ont une nationalité étrangère (20% ont la nationalité coréenne uniquement). Les 5 autres établissements créés à Jeju, Daegu et Songdo entre 2010 et 2012 comptent au total 3 500 élèves dont 20% ont une nationalité étrangère (80% ont la nationalité coréenne uniquement). La majorité de ces 49 établissements sont anglophones. La Chine compte 12 écoles étrangères réparties sur l’ensemble du territoire. La France et la Japon ont chacune deux écoles étrangères. L’Allemagne et la Mongolie ont chacune une école étrangère.

élèves coréen école internationale LFS 2016

B. Le LFS a vocation à accueillir les élèves étrangers francophones résidant en Corée

• 3 750 jeunes de 5 à 19 ans d’un pays membre de l’OIF. Les ressortissants des pays membres de l’OIF (hors membres associés, membres observateurs et membres suspendus) résidant en Corée représentent 14% de la population étrangère en Corée, soit 210 000 personnes au 1er décembre 2016. Du 1er janvier 2008 au 1er décembre 2016, la croissance du nombre d’étrangers venant d’un pays membre de l’OIF (+140%) a été plus rapide que la croissance du nombre total d’étrangers en Corée (+90%). Ces 210 000 personnes viennent essentiellement du Vietnam (64%), du Cambodge (21%) et du Canada (10%); les 5% restants viennent d’Europe (3%) et d’Afrique (2%). Parmi ces 210 000 personnes issus d’un pays membre de l’OIF, 3 750 jeunes sont âgés de 5 à 19 ans dont 2 200 Vietnamiens, 490 Français, 350 Canadiens, 310 Cambodgiens et 130 Égyptiens. Ces chiffres incluent les personnes étrangères d’origine coréenne mais pas les personnes coréennes d’origine étrangère comme les 20 000 Vietnamiens naturalisés (dont 99% de Vietnamiennes) ou les 60 000 enfants issus d’un parent coréen et d’un parent d’origine vietnamienne (naturalisé ou non).

• 1 000 jeunes de 5 à 19 ans d’un pays ayant le français comme langue officielle. Les ressortissants des pays ayant le français au nombre de leurs langues officielles représentent 1,8% de la population étrangère en Corée, soit 28 000 personnes au 1er décembre 2016, dont 21 000 Canadiens, 4 300 Français, 350 Suisses, 310 Belges et 1 800 ressortissants d’Afrique francophone (principalement Cameroun, puis Rwanda, RDC, Sénégal et Côte d’Ivoire). Parmi ces 28 000 personnes, 1 000 jeunes sont âgés de 5 à 19 ans dont 490 Français, 350 Canadiens, 65 Belges et Suisses, et 66 ressortissants d’Afrique francophone. La proportion de jeunes de 5 à 19 ans parmi les ressortissants d’Afrique francophone se situe à 3,7%, un niveau plus faible que celui constaté dans le cas de la France, la Suisse ou la Belgique (vers 11 – 12%). La part des 5 – 19 ans est encore plus faible parmi les ressortissants canadiens: elle se situe à 1,7%. La communauté canadienne en Corée présente la particularité d’être essentiellement composée de personnes d’origine coréenne (75% contre 6% pour la communauté française).

étrangers francophones Lycée français de Séoul 2016

Page mise à jour en janvier 2017